vendredi 13 juin 2014

Le chamanisme m'a libéré du connu

Pourquoi l'éveil naturel ?
Depuis plusieurs années, j'ai entrepris, en suivant mon intuition, de suivre un chemin "naturel". Qu'est-ce qu'un chemin naturel ? C'est suivre le courant de la nature et de l'univers, afin de continuer son épanouissement, ou sa croissance. Après avoir suivi des enseignements culturels de différentes traditions, il est devenu évident pour moi de redevenir mon propre maître, ou plutôt que ma vie et mes propres expériences redeviennent les sources principales d'enseignement et de guidance. Les enseignements spirituels, psychologiques, les philosophies et approches de développement personnel sont des créations humaines, les représentations d'une ou de plusieurs personnes quant à leur façon de voir et d'expérimenter leurs vies, dans une démarche de développement, d'éveil ou d'amélioration.

Ces apports sont sans doute de vraies richesses, et elles sont une aubaine lorsque nous avons besoin de repères, de systèmes de guidances et de croissances, ainsi que de techniques efficaces, qui nous aident et nous soutiennent dans notre propre chemin. Sans parler du bénéfice incontestable des partages et des relations dont nous profitons à rencontrer des camarades ou condisciples dans ces différentes approches. Tout cela est vraiment formidable et irremplaçable, je pense.

Aussi, après quelques années, mon chemin c'est ouvert sur une dimension plus vaste et plus libre (pour moi) en rencontrant ce que l'on appelle communément le "chamanisme" (si on appelle aujourd'hui "chamanisme" le fait de se mettre en relation avec la Nature à l'intérieur et à l'extérieur de nous, d'utiliser des méthodes naturelles afin de guérir et d'apprendre, de voyager dans les différentes dimensions de la conscience, d'évoluer, de se retrouver, de mieux gérer sa vie dans tous les domaines, de rencontrer et de vivre l'unité avec le Vivant). Évidemment, beaucoup d'idées reçus ou de jugements à priori et autres suppositions gravitent autour de ce terme, comme il en tourne autour de beaucoup de choses dont on n'a pas une expérience approfondie. Néanmoins, ces approches chamaniques ce sont révélées être pour moi une façon tout à fait singulière de rencontrer directement l'enseignement du Vivant à sa source (la connaissance), avant qu'il ait été transformé et ramené par quelqu'un d'autre. Donc, au-delà de tout système ou croyance préalable, je développais (et développe encore) ma présence (mon attention) et mes propres perceptions, afin de connaître par l'expérience, des énergies, des informations, des sensations et compréhensions, provenant de ma relation directe avec le réel (tout ce qui est). Je faisais le lien bien évidemment avec tous les enseignements culturels desquels je m'étais approché et de certains que j'avais même bien approfondi. Il y avait quand même une différence, j'étais (et je suis) la source première de l'information. Me libérer de l'influence de tout les maîtres et autorités n'a pas été chose facile (ce qui n'est pas le cas de tout le monde bien sûr). J'ai dû passer par la colère, la foi, la solitude, assumer ma singularité, valider ma propre expérience, me faire confiance, suivre ma propre intuition, etc. Passage difficile, mais nécessaire pour oser devenir ce que je suis, en dehors des modèles préconçus. Pas que ces modèles soient erronés (quoique ?), mais que je valide ma propre expérience évolutive au moins à l'égale de celle des autres. C'était ma névrose, certes.

Aujourd'hui j'ose assumer ma différence, et suivre mon propre cœur, quelle que soit la façon dont ce soit perçu par les autres ou les enseignements "spirituels". Finalement, regarder le réel avec le filtre d'un enseignement était devenu bien trop étroit et incohérent. Mon cœur criait : du neuf, du neuf s'il vous plaît, du vivant, du vrai !
Il fallait se libérer, se libérer des enseignements de libération ! Retrouver la source pure du vivant, le vent frais du bonheur, abandonner la spiritualité, renaître à l'enfant que je suis, vivre, vraiment.
Cela je le trouvais en marchant dans la nature, en chantant, en dansant, et en m'amusant à pratiquer le chamanisme. Le chamanisme m'apparaît bien plus simple, plus humain, plus naturel. Pas de dogme, pas d'autorité, juste toi et la Vie. Dans ces espaces, je suis libre, libre de faire, de dire, d'être ce que je suis, là où j'en suis. Je ne cherche plus à être quelqu'un d'autre ou à être en avance par rapport à mon évolution. Je ne cherche plus d'aboutissement spirituel, énergétique, affectif ou professionnel. La Vie est un immense flux merveilleux, dans lequel j'évolue, toujours. Je jouis d'être, d'être avec, d'être dedans, d'être cela, même si cela me dépasse complètement, et bien que je puisse comprendre de façon toujours plus profonde et juste, de quoi il en retourne. Je sais que je ne saurai jamais vraiment tout, et cela me rend curieux, je sais ce que je sais et cela me satisfait… L'éternel "je suis" et l'éternel devenir dansent ensemble, se réunissent et se séparent, pour se réunir encore…

Pratiquer le chamanisme est alors pour moi une façon de remercier la Vie, de partager ce chemin sans fin, d'avancer ensemble, de communier, d'exprimer de mille façons ce flux d'énergie consciente que nous sommes, explorer les espaces du visible et de l'invisible, se régaler de la découverte de choses et de compréhensions toujours nouvelles, grandir au rythme des saisons, embrasser toutes les créations, rester droit sans se prendre au sérieux, s'amuser sans s'étourdir, voyager pour rencontrer d'autres espaces, d'autres réalités, d'autres façons de rêver, d'aimer, d'être…

L'éveil naturel pour moi se vit alors chaque jour, dans la rencontre avec l'inconnu. Une exploration qui demeure vivante, une création permanente, une rencontre sans fin avec le sacré, qui, heureusement, reste un grand mystère.

Grâce à la spiritualité j'avais appris à me libérer du matérialisme et de l'hypnose collective conventionnelle.
Puis en me libérant de la spiritualité (qui est une autre forme d'hypnose), j'ai retrouvé la Vie.